Le Pacte Républicain.fr, un collectif de citoyens engagés

serment-jeu-paume_large Le Pacte Republicain.fr, un collectif de citoyens engagés

Pacterépublicain.fr est un blog politique animé par un collectif de citoyens partageant des valeurs de liberté, d'égalité, de fraternité mais aussi de laïcité et d'ordre. Car pour nous, les trois principes fondateurs de la république ne peuvent pas fonctionner sans ses notions fondamentales de laïcité et d'ordre républicain. Ce qui malheureusement semble avoir été un peu trop mis de côté ces dernières années.

Ce qui nous anime, c’est l’ambition, l’espoir qu’un projet politique ambitieux et courageux de centre droit soit enfin proposé aux Français. Le constat d’ il y a 70 ans est étrangement applicable à notre époque. La montée en puissance des extrêmes, l’exaspération des Français (crise des Gilets Jaunes…) font tanguer notre démocratie, mais comme toujours en France c’est un projet courageux et pragmatique qui sera le salut du pays. Malheureusement le temps presse et les Français perdent patience.

« Jamais la marge n’a été aussi étroite entre l’abandon et le salut.  Jamais l’abîme n’a côtoyé de plus près de chemin du redressement »

Antoine Pinay, discours d’investiture, assemblée nationale, 6 mars 1952.

Un sentiment de délitement

Depuis plusieurs années, pour ne pas dire depuis plusieurs décennies, un sentiment de délitement se répand dans la société française. Une impression souvent réelle que l’état ne joue plus ses rôles régaliens fondamentaux (éducation, sécurité, justice…). La droite moderne française a pendant longtemps proposé des programmes politiques novateurs, mais ces projets de société qui ont fait rêver des millions de familles françaises (« La nouvelle société » de Chaban-Delmas, « La société libérale avancée » de Giscard d’Estaing…) ne sont plus aujourd'hui qu’un lointain souvenir.

Un état omnipotent et inefficace

Sans aller dans la facilité en entamant un énième procès du Mitterrandisme, le constat est là, depuis 1981, la place de l’état n’a jamais été aussi importante et inversement proportionnelle à son efficacité. Un état qui se mêle de tout, mais finalement n’est même plus capable de remplir ses missions régaliennes premières, sur la sécurité, l’emploi, l’éducation… Le constat d’un état omniprésent et omnipotent n’est plus seulement l’avis « d’ultralibéraux » Hayekiens, mais désormais celui d’une majorité de Français. Ce qui est incroyable dans cette gabegie, c’est que les maux sont diagnostiqués et que souvent les solutions sont sur la table ; il n’y qu’à lire chaque année les différents rapports de la cour des comptes. Si le problème et sa réponse sont clairement identifiés, où se situe donc le problème ? Et bien c’est celui de la volonté politique ou plutôt du courage politique.

Un manque de courage politique

Sondage, désir d’être réélu, politiquement correct… toutes ces raisons peuvent, en partie, expliquer qu’une fois au pouvoir, les programmes ne soient plus appliqués. Mais si le mal était plus profond, ou plutôt pas là où l’on croit ; la société française et sa vie politique en particulier, reposent ses dernières années sur des hypocrisies : l’Europe, l’immigration, la fiscalité, l’état providence… Le courage politique serait de ne plus tirer à boulet rouge sur l’Europe, mais de rappeler qu’elle nous a rapporté de la stabilité et de la prospérité, et qu’elle demeure une chance pour la France ; le courage politique serait de dire qu’il y aura toujours de l’immigration, mais que l’on doit choisir qui peut venir, et surtout qui peut rester sur le territoire national… Nous pourrions ainsi multiplier les exemples, pour arriver au même constat, le courage en politique n’est pas d’aboyer avec la meute, mais d’être capable de s’adresser aux Français, pas seulement pour promettre mais leur donner, des explications qu’ils n’ont pas l’habitude d’entendre, et qui font appel à la réflexion et au bon sens.

Pour un projet politique ambitieux

Nous attendons un projet politique courageux, pragmatique, qui sort des paradigmes habituels. Un projet qui ne soit pas otage des sondages, des chaines d’information en continue ou des polémiques des réseaux sociaux. Ce projet politique, sera d’autant plus méritoire, car il sera à contrecourant. La campagne présidentielle 2022 bat son plein et déjà nos craintes d’être encore « floués » apparaissent. Une campagne prisonnière de débats stériles, parfois extrémistes, mais dont le point commun est leur inutilité pour le quotidien et l’avenir des Français. Et si enfin un programme nous parlait de réindustrialisation, de stratégie numérique globale, de la lutte contre la fraude sociale et fiscale, de la construction d’une Europe homogène face aux puissances mondiales… Cela ne serait-il pas plus souhaitable que de palabrer sur les obsessions et balivernes des extrêmes droites et gauches (Guerre d’Algérie, « Grand Remplacement », fin du nucléaire, le désarmement de la police…).

Mais cette espérance en un projet politique moderne, est aussi le fruit de constats amers :

  • Pourquoi les autres pays européens arrivent à se réformer structurellement et pas nous ?
  • Pourquoi dans un pays qui n’a jamais été aussi à droite, la gauche ou le Macronisme (qui n’est en fin de compte que l’évolution des socialistes vers la sociale démocratie, avec 20 ans de retard par rapport à la grande Bretagne de Blair, ou l’Allemagne de Schröder) est au pouvoir ?

Nous ne savons pas si nous avons la droite la plus bête du monde, en tout cas elle manque cruellement de courage. Car en fin de compte c’est bien de cela qu’il s’agit, la volonté politique doit revenir au cœur du projet politique. En 2000, Francois de Closets, dans son essai Compte à Rebours, prédisait une inéluctable victoire de l’extrême droite, si des reformes majeurs n’étaient pas mises en œuvre.  Nous sommes désormais arrivés à son constat.

Cette élection présidentielle de 2022 doit être l’occasion d’une campagne basée sur des débats de fond, où la Droite républicaine et le centre propose enfin aux Français un projet politique ambitieux, pragmatique et courageux.

Nous terminerons ce texte par une citation du regretté Raymond Barre :

« On est toujours puni quand on n’a pas de courage ».

Raymond Barre

À lire également

decentralisation2_large Le Pacte Republicain.fr, un collectif de citoyens engagés

Éloge de la Décentralisation

centrisme1_large Le Pacte Republicain.fr, un collectif de citoyens engagés

Osez le centrisme !