La France face à la guerre sur TF1

Retour sur l’émission de TF1 la « France face à la guerre », une émission au titre aussi racoleur que ridicule ou huit des douze candidats à l’élection présidentielle ont eu l’occasion de présenter leurs « programmes » respectifs.

Emmanuel Macron

En substance, l’actuel chef de l’état a déclaré « vouloir stopper la guerre sans faire la guerre ». Un concept intéressant, il faudra qu’il nous explique…
En attendant ce dernier souhaite accueillir au moins 100 000 réfugiés, voire davantage… Après tout, un peu plus un peu moins, au point ou en ai. Au moins ces réfugiés seront légitimes.
Il a également déclaré que tout était possible en matière de sanction contre la Russie, tout en limitant au maximum l’impact des décisions pour les Français. Toujours le fameux « En même temps » de Mr Macron. On est dur mais en même temps, on est gentils…
Coté mesures nationales, Mr Macron a vanté son « exceptionnelle » remise de 15 cts par litre. Nul doute que cela va tout changer pour le pouvoir d’achat des Français.
Il a également vanté son plan de relance du nucléaire… et découvert les choix à faire sur le temps long. Dommage qu’il est fallu près de cinq ans au président pour s’apercevoir que la filière nucléaire était l’une des garanties majeures de notre indépendance…
Mais notre cher président, adepte des grands écarts idéologiques les plus incroyables, à déclarer dans le même temps que la vraie réponse aux défis actuels était l’écologie. Le nucléaire mais en même temps l’écologie…
Enfin, concernant les retraites, ce sera 65 ans pour tout le monde, quelque que soit la pénibilité des travaux effectuées pendant sa vie. Apparemment, il ne s’est pas posé la question du travail des jeunes pour prendre la relève, au contraire, il leur alloue une pension de 500 € prélevée sur les revenus de ceux qui travaillent déjà…

Valérie Pécresse

La candidate « Les républicains » souhaite « changer de politique » pour « devenir souverains et plus puissants ».  Valérie Pécresse plaide pour une « autonomie stratégique » et « européenne » et n’est pas favorable en l’état à l’adhésion de l’Ukraine au sein de l’Europe sans réforme préalable de l’Europe à 27. Nous sommes évidemment d’accord avec cette analyse de bon sens.
Au niveau national, la présidente de la région Île de France dénonce une « immigration incontrôlée, un « service public à bout de souffle » et un « pouvoir d’achat en berne ». Là encore, nous ne pouvons qu’être d’accord avec ce constat.
Pour répondre à ces défis, Valérie Pécresse promet de « restaurer l’autorité de la nation » et « une restauration durable en revalorisant le travail ». Et nous disons chiche.
Au niveau écologie, la candidate propose un objectif zéro carbone d’ici 2050 basé sur le mix énergétique. Nous sommes un peu plus dubitatifs sur ce point.
Valérie Pécresse a également évoqué des baisses d’impôts ainsi que la retraite à 65 ans.
Enfin, la candidate a qualifié le président Macron « D’illusionniste » venu « promettre le contraire de ce qu’il a fait pendant cinq ans ».

Marine le Pen

Marine le Pen a fait part de son souhait de « protéger les Français » dû aux « faiblesses très lourds de notre pays » des « conséquences de choix politiques erronés » ou encore des menaces qui pèse sur le pouvoir d’achat.
Marine le Pen a également « condamné de la manière la plus claire qui soit » l’invasion de l’Ukraine par la Russie, sans toutefois qualifier Vladimir Poutine de « dictateur ».
Concernant les sanctions contre la Russie, Marine le Pen a mis en garde contre « le risque que l’économie Française s’effondre ».
Pour contrer ces effets de bords, la candidate promeut « l’indépendance énergétique », la sortie du commandement intégré de l’OTAN et l’augmentation du budget de la défense.
Coté économie Marine le Pen propose la baisse de la TVA sur l’essence à 5,5% en y ajoutant « la suppression des augmentations de taxe ».
Concernant les retraites, la présidente du rassemblement nationale propose un âge de départ à la retraite à 60 ans ainsi qu’un système « Extrêmement juste sur le plan social ».

Eric Zemmour

Le candidat Zemmour a tenu à clarifiant d’emblée sa position sur l’Ukraine en déclarant : « J’ai condamné tout de suite l’invasion en Ukraine, c’est la première chose à rappeler. » tout en poursuivant avec « Je ne vais pas, pour vous plaisir, insulter Vladimir Poutine ».
Eric Zemmour à ensuite évoquer le « devoir de puissance » de la France passant par l’augmentation du budget de la défense et la sortie du commandement intégré de l’OTAN.
Coté national, l’ancien polémiste a repris sa thématique favorite du « grand remplacement de la population ».
Le candidat a également évoqué un « blocage des prix de l’essence », une réforme des retraites avec un départ à 64 ans et une baisse d’impôts.
Eric Zemmour a finalement déclaré concernant les autres candidats : « Ils vous ont trop promis, trop menti, trop trahi. Moi, je ne vous trahirai pas ».

Jean Luc Mélenchon

Le candidat le mieux placé à gauche a défendu ses positions « non-aligné concernant l’Ukraine et estime avoir « alerté sur tous les tons » depuis 2014 tout en condamnant l’invasion du pays par Vladimir Poutine.
Au niveau national, Jean Luc Mélenchon a affirmé qu’il était urgent d’en finir avec les Centrales nucléaires « dangereuses sur le plan militaire » en cas d’attaque.
Sur le plan économique, ce dernier souhaite « bloquer les prix sur les produits de premières nécessités, la retraite à 60 ans pour 40 annuités.
Le candidat insoumis a finalement déclaré : « Le marché, c'est le chaos. Il faut rétablir de l'intelligence et de la volonté humaine dans tous les processus. Un nouveau monde est possible ».

Yannick Jadot

Le candidat écologiste est le plus virulent concernant Vladimir Poutine en assumant vouloir envoyer des armes « à la résistance héroïque des Ukrainiens ». Il souhaite également un embargo de la France et de l’UE sur l’importation de gaz russe. Yannick Jadot pense même que cette guerre peut « devenir une opportunité pour le climat » en expliquant « qu’il vaut mieux dépendre du vent, de l’eau et du soleil que de Vladimir Poutine ». Aussi lunaire que ridicule.
Au niveau national, Yannick Jadot souhaite développer massivement l’éolien, souhaite fixer l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans tout en remettant les critères de pénibilités récemment supprimés.
En conclusion l’écologiste a déclaré : « Participez à cette élection, faites la vôtre. Ne laissez pas les autres décider pour vous, votez pour votre avenir. Le vote écologiste, c'est le vote de la vie ». Evidemment, c’est imparable comme conclusion.

Fabien Roussel

Le candidat communiste a déclaré en préambule : « Je ne suis pas venu vous dire que la vie est dure, vos porte-monnaie le savent bien ». Il condamne l’invasion russe en Ukraine et appelle à « sanctions plus fortes » tout en mettant en garde contre les conséquences pour les Français.
Sur le plan intérieur, Fabien Roussel ne souhaite pas la sortie du nucléaire afin que « nous puissions avoir notre souveraineté énergétique ».
Concernant l’économique ce dernier souhaite « bloquer les prix en déclarant notamment ceci : « La station d'essence, c'est le seul endroit où on tient le pistolet et où on se fait braquer !». « Nous devons reprendre notre destin en main, la maîtrise de notre économie car c'est notre argent »

Anne Hidalgo

La candidate PS s’est présentée comme « une femme de gauche, républicaine, européenne » Tout un programme… Concernant la guerre en Ukraine, Anne Hidalgo déclare qu’il faut « toujours faire le choix de la démocratie face aux dictateurs » et que la « paix ne pouvait se faire au profit des agresseurs ». En somme il faut toujours choisir les gentils contre les méchants et pierre qui roule n’amasse pas mousse…
Au niveau national, la candidate du parti socialiste souhaite « redonner confiance aux classes moyennes et aux classes populaires », promettant une « société où le travail permet de vivre dignement ». Exactement comme elle a fait à Paris ou les classes populaires sont légion.
Elle veut également renégocier les salaires par branches, tout en revalorisant le smic.
Enfin la candidate PS déclare être pour la sortie du nucléaire et pour les énergies renouvelables tout en déclarant qu’elle n’opposera jamais le climat et le pouvoir d'achat » …  Bien évidemment…

À lire également

decentralisation2_large La France face à la guerre sur TF1 - Pacte Républicain

Éloge de la Décentralisation

centrisme1_large La France face à la guerre sur TF1 - Pacte Républicain

Osez le centrisme !